Hyperdrive 74 : Petite mise au point

Salutations citoyennes et citoyens. Un petit billet pour revenir avec vous sur le débrief de la série Obi-Wan Kenobi, Hyperdrive épisode 74, disponible ici :

Il est certain qu’il s’agit de notre critique la plus dure concernant une œuvre de la saga Star Wars. Si elle est ainsi c’est parce que le capitaine que je suis se doit de dire ce qu’il pense. D’être honnête vis-à-vis de vous. C’est aussi ce qui fait le charme de ce podcast n’est-ce pas ?

Maintenant, j’ai eu plusieurs retours via les réseaux sociaux d’auditeurs et auditrices qui ont apprécié cette série et qui se sont sentis un peu secoué par cet épisode. Des échanges calmes et pondérés, comme toujours avec vous. Mais après avoir échangé avec certains, je pense qu’il faut que je clarifie mes propos concernant l’exigence des fans dont je parle vers la fin de l’épisode.

Star Wars, c’est du cinéma. Ça l’a toujours été, c’est ainsi. Même les séries proposées pour Disney+ sont du cinéma. Un ou une fan de Star Wars est donc nécessairement fan de cinéma. 9 oscars de belle images, de bons montages, de belles musiques ! Or :

Il ne faut pas que notre relation à Star Wars ne dépasse celle qu’on a avec le cinéma.

Il faut réussir, malgré sa relation forte à la saga, a également regarder l’œuvre en tant qu’objet cinématographique. Et personnellement, à ce niveau je n’y trouve rien de ce qui a toujours fait Star Wars : photographie, montage, musique, etc.

Ça ne veut pas dire que celles et ceux qui ont apprécié cette série n’y connaissent rien en cinéma, sûrement pas. Cela veut simplement dire que cette série a été comme un choc pour moi : je n’y ai pas trouvé le cinéma.

Dans cet épisode du podcast, je fais part de mes inquiétude et incite les fans que nous sommes toutes et tous, moi le premier, à conserver cette exigence cinématographique. Et je pense qu’Obi-Wan Kenobi doit nous interpeller, pour que le cinéma ne passe pas à la trappe face au plaisir de voir des personnages qu’on aime sur son écran. Car le cinéma fait partie de l’ADN de Star Wars, au moins autant que les personnages ou les sabres laser. Sans compter le fait que nous avons la chance d’avoir un producteur, Disney, qui est à l’écoute des retours des fans (ce n’est clairement pas le cas des fans de Venom par exemple…).

Les gardiens du temple

C’est une véritable chance… si on se positionne en gardiens et gardiennes du Temple.  Une expression à prendre dans le sens noble et tempéré du terme ! Pas dans le sens nerd relou à qui rien ne plaît évidemment. Mais j’ai la faiblesse de penser que les fans de Star Wars sont des gens bien plus intelligents que ne les laissent croire les réseaux sociaux.

Star Wars, c’est du divertissement, de l’exotisme, de la fantaisie… et du cinéma. S’il manque un seul de ces ingrédients, ce n’est plus tout à fait du Star Wars. Et si cet ingrédient ne vous manque pas dans la série Obi-Wan, pas de problème ! Veillez simplement à ne pas le regretter plus tard, lorsque ce dernier aura complètement disparu de la recette… ce qui est, je pense, un risque possible aujourd’hui.

Voilà quel était le propos de cet épisode, citoyennes et citoyens. Et si vous appréciez cette série, à nouveau, tant mieux pour vous vraiment. On a toutes et tous une relation si personnelle avec ce personnage qu’il est tout à fait normal que chacun voit midi à sa porte. Mais méditez sur cette réflexion que je vous propose, elle est intéressante.

Que la Force soit avec vous citoyennes et citoyens, à très bientôt !

Wilhem, Capitaine d’Hyperdrive.

Leave a Reply