Je n’aurai jamais cru que le 40ème billet de ce blog serait un Au Revoir. La Princesse n’est plus et des légions de fans, moi le premier, sont émus. Carrie Fisher sera le premier personnage majeur de la saga Star Wars à nous quitter. Cela nous donnerai à tous un coup de vieux si elle n’était pas décédée à l’âge encore jeune de 60 ans.
La Princesse Leia était une héroïne moderne pour cette année 1977. Femme forte, sûre d’elle, politicienne campée sur ses valeurs et n’ayant besoin de personne pour veiller sur elle, n’a-t-elle pas participé à l’émancipation de la femme dans la culture populaire ?


La princesse avait ses démons, son côté obscur. Souffrant de bipolarité, l’alcool et les médicaments ont souvent été son exutoire. Un exutoire dont elle a finalement su se passer. Elle n’a jamais bien vécu la popularité de son personnage. Il faut dire qu’il faut les épaules pour et qu’elle fait partie de ces acteurs qui n’ont jamais eu d’autres véritables opportunités, considérée comme trop liée au personnage de la princesse. Sa personnalité était d’ailleurs bien éloignée de celle de son personnage. Pince-sans-rire à l’humour très british, elle était bien moins sûre d’elle qu’on n’aurait pu le penser.
Cela ne l’a pas empêchée de tracer sa route d’autre manière. Carrie Fisher fait partie de ces personnes qui œuvre dans l’ombre à Hollywood. Ses talents de scénariste l’ont rendue populaire dans le milieu cinématographique en tant que « Script doctor », à savoir l’expert qui retouche des scénarios souffrant de défauts récurrents. Ce fut notamment le cas pour Last Action Hero ou encore Sister Act.
Le rachat de la franchise par Disney l’a propulsé à nouveau sur le devant de la scène dans The Force Awakens, mais également dans le prochain Episode VIII, dont le tournage est d’ailleurs terminé. Ce prochain film sera donc pour la princesse une apparition à titre posthume, qui sera chargée en émotion, j’en suis convaincu.
Rendons hommage à la Princesse, qui a tant fait pour les fans de la saga et pour la femme ! L’émoi d’Hollywood nous montre qu’elle était une personne estimée de ses confrères, ce qui doit (où qu’elle soit) lui faire chaud au cœur.
Adieu Princesse… et au nom de toute la galaxie : Merci !