Une fois n’est pas coutume, quittons l’univers Star Wars pour parler SF au sens large. Parmi la foule de jeux vidéos orientés Sci-fi et anticipation, il est de plus en plus rare de trouver des perles. Des jeux qui vous offrent un univers abouti et riche, tout en étant ludique et original. C’est à dire sans trop s’inspirer des licences déjà existantes. Parmi les résistants, Deus Ex Mankind Divided, sorti à l’été 2016, fait à mes yeux figure de référence. 

Deus Ex Mankind Divided, le dernier né d’une licence qui date 

Et oui, si les deux derniers volets de Deus Ex, Human Revolution et Mankind Divided ont fait (à juste titre) grand bruit, c’est sur le terreau fertile de ses prédécesseurs qu’ils prennent racines… particulièrement le premier jeu, sorti en 2000. Ce dernier, fusion parfaite entre le jeu de rôle et le jeu de tir à la première personne brisa tous les codes du moment. 

Le second, Deus Ex : Invisible War fut une déception pour beaucoup. Cela mit d’ailleurs un coup d’arrêt à la licence. il faut dire que ce titre n’a pas réussit à arriver à la hauteur de son prédécesseur.

En 2011, la licence revient avec Deus Ex Human Revolution. Toujours dans le même univers, il s’agit d’un prequel installant les bases de l’univers futuriste et presque cyber-punk. Ce nouvel opus, Mankind Divided, en est la suite directe. 

Pour bien vous planter le décor, je ne suis pas un hardcore gamer. Ce qui m’a toujours donné un certain recul sur la perception qu’ont les joueurs de leurs jeux. Beaucoup de gamers s’attardent sur des éléments et des facteurs qui ne sont pas jugés comme « fondamentaux » pour les novices. Le premier volet de la franchise a toujours été le must pour les hardcore gamers. En ce qui me concerne, Deus Ex Mankind Divided offre tout ce que je demande à un jeu. Des graphismes de qualité, un background solide et détaillé, un récit abouti et soutenu… et enfin un gameplay qui envoi le bois. 

Deus Ex est une série de jeux qu’on appelle FPS/RPG. La fusion du jeu de tir à la première personne et du jeu de rôle. Un genre hybride dont il est à la fois l’un des fers de lance et l’un des précurseurs. 

Plantons le décor 

Ce jeu est donc la suite directe du premier volet : Human Revolution. Nous sommes en 2029, la cybernétique est en train d’envahir le quotidien et le monde est coupé en deux. D’un côté les personnes « augmentées », qui ont donc des implants mécaniques et cybernétiques, que ce soit dans le cerveau ou à la place de différentes parties du corps. De l’autre, les êtres humains « purs », sans augmentations. Ces derniers prennent les augmentés comme une menace. D’une part à cause de leurs capacités supérieures, mais aussi à cause d’un traumatisme : Un attentat violent, nommé « l’incident ».

En effet, un virus informatique a infecté tous les augmentés de la planète au même moment, leur faisant complètement perdre la tête et attaquer toute personne se trouvant à proximité, provoquant des millions de blessés et des milliers de morts. 

Les tensions sont donc très fortes entre les deux populations, menant à une ségrégation se transformant même en Apartheid. Certains augmentés se rassemblent en mouvements protestataires, provoquant même des attentats… auquel les humains répondent par toujours plus de méfiance et de violence envers tous les augmentés. Ces derniers voient leurs droits supprimés un à un. 

Au milieu de fourbi, vous incarnez Adam Jensen, beau-gosse charismatique et protagoniste du précédent jeu. Augmenté jusqu’aux dents, vous êtes membre d’Interpol et enquêtez sur les attentats qui se font de plus en plus fréquents et destructeurs. 

Le terrorisme et la répression sont au cœur de l’univers de Deus Ex Mankind Divided… auquel s’ajoute un complot, sujet cher à la licence depuis son premier volet.  Allez prenez ce trailer en plein visage, si ne connaissez pas déjà ce jeu : 

La grande force de ce jeu : sa narration 

Deux Ex : Mankind Divided

En effet, Deus Ex Mankind Divided, à l’instar de son prédécesseur, nous offre une narration particulièrement percutante. La mode est plutôt aux jeux laissant le joueur se dépêtrer pour recoller les morceaux d’un récit. Deus Ex lui, pousse le curseur RPG quasiment à son maximum, nous offrant customisation, arbre de compétences, choix d’action et de dialogues entres les personnages. Le tout est particulièrement abouti. 

Fallout n’est pas loin avec ce jeu. Mais Deus Ex Mankind Divided n’étant pas un « open world » (monde ouvert ou vous faites ce que vous voulez… particulièrement marcher dix plombes), cela lui permet de ne pas tomber dans le travers habituel de ce genre de jeu. Et ce travers classique est bien évidemment le récit secondaire à rallonge et sans importance. 

En effet, si la carte dans laquelle vous évoluez est plutôt grande, elle n’est pas monstrueuse pour autant. Cela vous permet de rapidement vous orienter et surtout de conserver vos objectifs à l’esprit, ainsi que les positions des personnages majeurs ou secondaires que vous rencontrerez. La quête principale vous fera quand à elle voyager aux quatre coins du monde. 

Ainsi, nous sommes dans un jeu qui nous emmène dans son univers et son intrigue. Il ne se contente pas de nous parachuter pour qu’on essaie de recoller les morceaux tant bien que mal, comme peuvent maladroitement le faire un Borderland ou un The Division. Ici, nous suivons un récit puissant et riche. Nous interagissons en choisissant soigneusement comment mener les dialogues avec les personnages.

Car Adam Jensen n’est pas un personnage muet. Il a une personnalité, une voix. Le jeu nous fait passer à la troisième personne pour toutes les interactions, nous permettant d’assister à l’échange dans son ensemble, tout en choisissant les réponses de notre personnage, orientant ainsi la relation qu’on aura avec lui.  

Un boost de vos compétences sociales peut d’ailleurs vous aider à cerner la personnalité de ceux avec qui vous aller échanger. Permettant ainsi d’orienter vos réponses pour obtenir d’eux ce que vous souhaitez.  

Faites parler la poudre… ou pas

Deus Ex Mankind Divided vous considère comme une grande personne. Le jeu vous laisse choisir votre façon d’aborder les situations. Dialogue, infiltration, piratage ou attaque en force arme à la main, c’est à vous de décider comment la jouer. 

Pour répondre à la grande question : OUI. Vous pouvez terminer le jeu sans tuer qui que ce soit.

Cerise sur le gâteau, le système vous permet de sauvegarder à tout moment, chose classique sur PC mais si rare sur console. Cela vous permet, si les choses dérapent, de pouvoir reprendre votre sauvegarde précédente. 

Une direction artistique du tonnerre 

Deus_Ex_Mankind_Divided

L’univers de Deus Ex mériterait de dépasser le jeu vidéo (c’est d’ailleurs prévu). Un futur dystopique, qui prend ses racines dans notre histoire, tout en étant particulièrement d’actualité. Au final, le tout nous offre une anticipation qui nous fait réfléchir à la direction que prend notre société. 

La direction artistique va également dans ce sens, nous montrant un avenir possible et ses conséquences. Qu’on soit dans les ghettos pour êtres augmentés de Prague ou dans les ruines d’un Dubaï abandonné, tout ceci fait réfléchir à ce que nous prenons tous les jours pour acquis. 

Deus Ex : Mankind Divided

Le choix, au cœur du jeu et de son intrigue

Je vous l’ai dit, vous êtes libres de décider ce que vous ferez face aux situations qui vous seront présentées. Libre de choisir quoi faire et comment le faire. User de la diplomatie, de la discrétion, de la force brute, etc. 

Chacun de ces choix a une influence sur la suite des événements… et pour une fois c’est à la fois vrai et plutôt bien foutu. D’ailleurs, l’absence de décision en est une. Le fait de ne pas agir face à une quête ou un personnage aura également des conséquences. 

Deux Ex : Mankind Divided

En premier lieu, le choix se fait dans les combats. Tuer ou ne pas tuer ? Telle est la question. Car effectivement, ce jeu propose de nombreux moyens d’appréhender une situation. L’accès à la zone ou vous voulez vous rendre est semée de gardes ? Vous pouvez les contourner, vous infiltrer discrètement, les neutraliser ou les abattre. Libre à vous de choisir, en fonction du matériel dont vous disposez, de vos compétences ou de votre envie du moment. 

Bien évidemment, ces choix auront des conséquences, positives ou non, sur la suite des événements et la relation que vous aurez avec certains personnages. Cela peut radicalement changer les choses, en positif ou négatif. 

Ce jeu se dévore comme un film

Je vais sans doutes me mettre des hardcore gamers à dos en faisant ce raccourcis, mais je trouve que Deus Ex  Mankind Divided est proche du film interactif. La DA est si fine, ses dialogues et personnages si aboutis, qu’on a vraiment ce sentiment. 

Ce jeu est d’ailleurs plutôt long, si vous êtes du genre à explorer et à effectuer les quêtes secondaires. D’ailleurs ces dernières sont variées. On ne se lasse pas, malgré les heures qui passent. 

Vous l’aurez comprit, n’hésitez pas à vous procurer Deus Ex Mankind Divided, sorti l’été dernier. C’est une oeuvre de Science-fiction réussie qui se prend comme tel. La licence devrait s’élargir avec des romans et peut-être mêle une série TV, ce qui serait génial ! En attendant, il ne vous coûtera plus grand chose d’occasion et vous garantit plusieurs dizaines d’heures de plaisir, manette à la main !

Deux Ex, en chronique dans Zone 52 !

J’en profite pour vous annoncer que nous avons chroniqué ce jeu dans la dernière émission de Zone 52. Emission de ciné, séries, bouquins et culture en vrac. N’hésitez donc pas à l’écouter !