On entend souvent tout et n’importe quoi autour de Star Wars et de son créateur. Des arguments visant à minimiser l’impact créatif le plus souvent. Si certains sont tout à fait légitimes, d’autres le sont beaucoup moins. Pour remettre les choses dans le bon ordre, cassons donc quelques idées reçues autour de la saga.

Georges Lucas n’avait pas prévu de développer son histoire au-delà de son premier film :


FAUX

Bien avant de tourner Un Nouvel Espoir, Georges Lucas avait déjà une idée très claire de ce que serait l’univers Star Wars et les grandes lignes de son intrigue. Il écrit et publie sa première mouture en 1973 sous le nom « Journal des Whils ». Cette nouvelle de deux pages raconte l’histoire de Mace Windy. Il y pose les bases de la saga : Les Jedi, l’empire Galactique, etc. On notera ici que les bases de la prélogie sont également déjà encrées dans cette nouvelle, ainsi que le personnage incarné par Samuel L Jackson, renommé plus tard Mace Windu.

Quand fameux « Episode IV – A new hope » présent au générique du premier film de 1977, beaucoup de versions sont disponibles pour l’expliquer. Après pas mal de recherches, voici celle dont je suis certain : Le numéro et le nom de cet épisode sont apparus pour la première fois sur la version THX du film et non dans les salles. Cette décision date de la pré-production de l’Empire Contre-attaque, qui a décidé Georges Lucas à développer son univers sous formes de plusieurs trilogies. Le premier numéro d’épisode apparut à l’écran fut donc : « Episode V – The Empire Stricke-back ».

Dark Vador ne devait pas avoir une place aussi importante dans la saga

FAUX 

Darth Vader était bien le père de Luke Skywalker, ce dès le départ. Il n’était par contre pas prévu qu’il soit le bras-droit de l’Empereur, ce qui explique qu’il obéit au Grand Moff Tarkin dans Un Nouvel Espoir, alors qu’il ne rendra de comptes qu’à l’Empereur dans les films suivants. Georges Lucas a donc offert une belle promotion au sein de l’Empire… mais il n’est même pas sûr que ce dernier avait un grade particulier dans le premier film.

Georges Lucas ne voulait pas faire plusieurs trilogies :

FAUX 

Le créateur de la saga voulait développer son intrigue en trois trilogies. On pense à la prélogie dès la sortie de l’Empire Contre-Attaque, mais la postlogie était également dans ses cartons depuis bien longtemps. Ce sont la difficulté des tournages et les retours difficiles sur ses films de la part de certains fans qui ont émoussé sa volonté de faire neufs Star Wars. Il finit par faire la prélogie vingt ans plus tard, mais avait le matériel créatif pour faire tous ces films depuis longtemps. D’ailleurs Disney possède encore aujourd’hui le scénario des épisodes VII, VIII et IX de Georges Lucas. L’entreprise ne les utilisera pas et repartira de zéro. Le bruit court que la rupture initiale entre la postlogie prévue par Lucas aurait été aussi forte que celle vue dans la Prélogie.

James Earl Jones a volé la vedette à Dave Prowse dans le rôle de Darth Vader

FAUX

Ce dernier, qui prête sa voix au Seigneur Sith dans chacun des films où ce dernier apparait, a refusé d’être crédité sur les deux premiers films de la trilogie, estimant sa contribution trop « minime ». On ne lira son nom au générique qu’à partir de l’épisode VI, puis il sera rajouté dans les version remastérisées. C’est le fait que Dave Prowse n’ai découvert ce doublage que lors de la projection du film qui a tendu les relations entre ce dernier et Lucasfilm… et lancé cette rumeur.

Georges Lucas n’a plus pris aucun risque après la sortie de Star Wars : Un Nouvel Espoir

FAUX

Ce dernier s’est endetté jusqu’au cou pour pouvoir produire lui-même l’Empire Contre-Attaque, pour lequel la 20th Century Fox ne fut que distributeur. Si ce film n’avait pas été le succès planétaire qu’on connait, il aurait été ruiné.

Tous les plans larges de la prélogie sont en images de synthèse

FAUX 

Des vrais images de l’Etna en éruption ont été utilisées pour la planète Mustafar et une maquette a été réalisée pour les plans de la planète Utapau. Il faut toutefois reconnaitre que la prélogie a largement repoussé les limites des effets-spéciaux numériques au cinéma.

La jeunesse de Han Solo est une idée de Disney

FAUX

Dans la première version du scénario de « Star Wars Episode III : la Revanche des Sith », Han Solo devait apparaitre à l’âge de 10 ans. Idée abandonnée dans sa mouture définitive.

Georges Lucas a piqué des idées partout pour concevoir son univers

COMME TOUT LE MONDE

De Jules Verne aux Wachowski en passant par Georges Orwell ou Lovecraft, tout auteur ou créateur s’inspire de son environnement, d’éléments culturels ou historiques. C’est ainsi que se passe le processus de création, ce depuis toujours.

Une personne vous offrant un imaginaire complètement neuf est simplement quelqu’un faisant appel à des références culturelles que nous ne connaissons pas ou dont lui-même n’a pas conscience. On les imagine alors cent pour cent issues de la créativité de l’auteur… alors qu’il s’agit simplement d’un manque de culture de notre part qui nous empêche de percevoir ces inspirations.

La Prélogie est entièrement tournée en numérique

FAUX 

L’épisode I est tournée sur pellicule 35mm, comme la trilogie originale. Sur les sept films, que comptent actuellement la saga, seuls deux ont été tourné en camera numérique.  

Georges Lucas est quelqu’un de compliqué, difficile, etc.

PEUT-ÊTRE

C’est possible, mais au final nous ne le savons pas. Tant que le réalisateur n’aura pas publié ses mémoires, on ne saura pas ce qui s’est passé dans sa tête. Le fait qu’il ai choisi de s’entourer de personnes allant dans le sens de sa vision de la saga est son droit le plus strict, peu importe l’impact que cela a pu avoir sur les films. Beaucoup d’autres réalisateurs travaillent de la même façon. Le reste n’est que rumeur, ragots et déclarations parfois revanchardes. Inutile de « tuer le père » ici. Il n’y a pas de parcours parfait, particulièrement dans le cinéma. Beaucoup de réalisateurs adulés des cinéphiles font de même.

On ne reverra plus jamais la version originelle de la trilogie.

FAUX

Disney prépare une ré-édition des films originaux, sans remastering. Georges Lucas s’y est refusé, car il a toujours considéré les limites techniques du cinéma pendant les 70s et 80s comme un frein à sa vision de la saga. Il considère le premier remastering de la trilogie originelle comme une version aboutie de ce qu’il voulait voir à l’écran.