Hyperdrive

Le podcast Star Wars. La saga, son histoire, ses coulisses, son Univers Étendu.

Hyperdrive, blog et podcast Star Wars !

Étiquette : Critique (Page 1 of 3)

Solo a Star Wars Story - podcast hyperdrive

Hyperdrive 31 : Solo a Star Wars Story

Salutations citoyens ! Ça y est, Solo a Star Wars Story est dans les salles et le moins qu’on puisse dire… c’est qu’il n’attire pas foule ! C’est surprenant. Mais avec du recul, on réalise vite que les conditions entourant le tournage et la sortie de ce film n’étaient pas excellentes.

Mais ça n’empêche pas ce film d’être une réussite. Il est sympa, il donne la pêche et offre surtout un regard différent sur l’univers de la saga. Ca n’a l’air de rien, mais c’est très rafraîchissant.

Il était bien évidemment temps d’en faire la critique dans le podcast Hyperdrive ! Et d’ailleurs, on en profite pour réaliser un vrai braquage digne de ce nom. Histoire de montrer à tous ces petits contrebandiers qui démarrent comment il faut la jouer.

Solo a Star Wars Story

J’ai également eu le plaisir d’être invité dans le podcast Rien Que d’Y Penser, pour échanger autour de Solo a Star Wars Story ! Vous pouvez également écouter cet épisode ici. Un échange à trois autour du film, avec des perceptions différentes et un échange super intéressant ! 🙂 

Abonnez-vous à Hyperdrive avec votre smartphone ! Vous pourrez ainsi recevoir directement les prochains épisodes, dispo sur iTunes, Stitcher, Deezer et la plupart des applis Android et iOS, tels que Podcast Republic. Bien évidemment, ils sont également sur le site de Zone 52 et vous pouvez réagir sur le forum de Galaxie Star Wars.

Star Wars episode I la Menace Fantome

La menace Fantôme : Un Star Wars à réhabiliter

Non ce n’est pas une tentative de suicide, je souhaite vraiment réhabiliter La Menace Fantôme. Évidemment, c’est le film qu’on adore détester, assurant qu’il n’y a rien à garder. C’est pourtant tout à fait faux. Non pas que je ne supporte pas qu’on critique la saga (ceux qui me lisent savent bien que je le fais avec brio). Mais il je constate trop souvent que ceux qui crachent sur ce film n’ont pas saisi ce qu’est Star Wars pour son créateur. Un élément capital pour comprendre cette saga.

Un peu d’histoire

Laissez-moi chausser mes lunettes à double foyer.

C’est dès 1993 que Georges Lucas annonça son travail sur la prélogie. D’ailleurs, il parla pour la première fois d’une construction en 9 films dès 1979, durant le développement de l’Empire Contre-Attaque, qui a été le détonateur de ce projet de grande ampleur.

Il aura fallu six ans pour voir le premier film de la prélogie au cinéma, en 1999. Six ans de construction de la trilogie, de travail scénaristique et bien évidemment de défis technologiques, car une fois encore Georges Lucas a repoussé les limites des effets spéciaux au cinéma. Car si les acteurs semblent parfois perdus sur ce fond vert, combien de films ont été fait ainsi depuis ?

La Menace Fantôme, premier épisode de la prélogie est donc sorti à la veille de l’an 2000, avec un budget de 115 millions de dollars (moitié moins que pour l’épisode VII). Les attentes étaient fortes et la déception n’en fut que plus grande pour beaucoup, ce malgré  le milliard de dollars de recettes dégagé, sans parler des produits dérivés. 

Lire la suite

tomorrowland - un fan de star wars

Le Futur n’est plus ce qu’il était… à un film près !

La période des fêtes est passée, celle de Rogue One : A Star Wars story aussi. Le mois de janvier nous ramène à des considérations bien plus réelles et souvent… moins cools. Dans cette idée, je me suis mis à réfléchir à l’avenir que nous proposait le cinéma. J’ai donc effectué une liste des derniers films de science-fiction et/ou d’anticipation sortis… Et la question m’est vite venue à l’esprit :

Voit-on encore des films présentant le futur comme quelque chose de sympa ? Où tout se passe bien ? Sur une Terre n’est pas en train de mourir ? Avec une 3ème guerre mondiale qui n’a pas eu lieu ? Dont le peuple ne crève pas de faim ? Un système qui n’est pas une violente dictature ? Des machines qui ne cherchent pas à les détruire ? En bref :

Y-a-t-il encore des visions du futur où nous ne serions pas tous foutus ?

Lire la suite

Star Wars Rogue One Podcast

Hyperdrive Épisode 1 : Rogue One (podcast Star Wars)

Comme je vous l’avais annoncé en début d’année, je vais désormais vous proposer un podcast en plus des billets de ce blog. Son nom : Hyperdrive

Voici le premier épisode, dans lequel je vous propose mon analyse de Rogue One : A Star Wars Story. Vous en trouverez également une version écrite dans ce billet. La stratégie de Disney va-t-elle s’avérer payante ? Ce premier test est-il une réussite ? Rogue One est-il un bon film ? Voici mon avis sur ces questions.

Hyperdrive Episode I : Rogue One A Star Wars story

Il s’agit bien évidemment d’une analyse personnelle sur ce film, ainsi que sur la stratégie de Disney de proposer des spin-off autour de la saga, plutôt que de faire d’autres trilogies. Cela n’a donc rien d’absolu et chacun peut tout à fait avoir un avis différent du mien. 

Lire la suite

captain america le soldat de l'hiver, critique par un fan de star wars - UFSW

Voici le meilleur film du Marvel Cinematic Universe !

Alors que la barre des 40 billets sur ce blog approche (déjà !), nous allons pour la première fois parler du Marvel Cinematic Universe (MCU), fort d’actuellement 24 films ! Beaucoup s’accordent pour dire que parmi tous ces longs métrages, peu sortent du lot. Ce n’est pas faux, mais il y a tout de même quelques bijoux à regarder sans modération, dont celui qui fait l’objet de ce billet : Captain America, le Soldat de l’hiver, qui est à mes yeux le plus réussi de tous… et de loin !

captain america le soldat de l'hiver, critique par un fan de star wars - UFSW

Captain America : Le Soldat de l’hiver, un film inattendu

Réalisé par les frères Russo et sorti en 2014, Captain America 2 m’a séché sur place. J’étais allé voir ce film avec de l’entrain, même si le premier volet m’avait laissé une sensation tiède de film faisant tout juste le boulot. Il faut dire que Captain America est l’un des comic books les plus sympas de l’univers Marvel ! Quiconque en a déjà lu un ne pourra que le confirmer.

Lire la suite

rogue-one-critique

Rogue One, critique du premier spin-off Star Wars

Rogue One : A Star Wars Story. Il est assez incroyable de penser faire la critique d’un « spin-off » de la saga. Il y a cinq ans encore, c’était impensable. Et pourtant nombre de fans (dont je fais partie) en avaient rêvé. Surtout avec le serpent de mer que représentait la fameuse série « live » dont les rumeurs couraient depuis près de dix ans.

Et voilà, c’est fait ! D’ailleurs j’en profite pour vous l’annoncer : Je vais spoiler dans cette critique. Rien d’insurmontable, mais si comme moi vous préférez rester vierge de toute info, passez votre chemin.

Lire la suite

Batman VS Superman version longue, ça change tout !

En tant que grand fan de DC devant l’éternel et plus particulièrement de Batman, (dont je me flatte d’avoir lu des camions entiers de comics), je me suis bien évidemment jeté dans les salles obscures pour aller voir Batman vs Superman : Dawn of Justice.

Je n’en attendais rien de particulier, ayant déjà été subjugué ou déçu par le travail de Zack Snyder et comme tout fan, voir Ben Affleck en Batman ne me faisait pas rêver. Mais comment résister à la tentation de voir ce film, premier crossover DC au cinéma si ma mémoire est bonne.

Je suis sortis de la salle assez mal à l’aise avec ce film, que j’ai trouvé décousu. Essayant d’installer en deux films ce que Marvel a mit 6 ou 8 films à mettre en place était audacieux… et fut raté. De même, les incohérences, les coupes à la serpe dans les scènes et autres raccourcis m’ont fait froncer des sourcils pendant quasiment tout le film. En résultat un long-métrage fade, bancal et franchement dispensable, autant dans le fond que dans la forme.

Mais ça, c’était avant d’avoir vu sa version longue

Armé de mon courage et d’une touche d’inconscience, j’ai acheté le Blu-ray pour m’enfiler les trois heures composant la version longue de ce long-métrage. Pouvez-vous imaginer une version cinéma tronquée de plus de 30 minutes de film ? C’est tout de même incroyable.
Il semblerait donc que la production ai taillé allègrement dans ce film, ôtant sans remords des éléments quasiment clefs pour comprendre la totalité de l’intrigue !

Dans cette version longue, tout est parfaitement cohérent. Les motivations de chacun sont claires, pourquoi Superman et Batman sont remontés l’un contre l’autre, comment Lex Luthor découvre leurs identités, etc. Tout est limpide et au final parfaitement logique.

De même, il n’y a pas de cheveux sur la soupe au niveau des éléments de l’intrigue, qui s’installent de manière progressive et tout à fait cohérente. Même les présentations des personnages de la future Justice League tombent parfaitement, sans qu’on ai l’impression de se faire teaser sans raison.

Au final, j’ai adoré ce film

Avec Batman Vs Superman : Dawn Of Justice, nous sommes face au parfait contre-pied de l’univers Marvel :

  • Même si Doomsday est visuellement raté,
  • même si l’enjeu du combat entre Batman et Superman est décevant tant l’intrigue se centre sur autre chose,
  • même si ce film a des défauts.

Je préfère cent fois ces défauts là plutôt que ceux de The Avengers 2. Film creux, passant complètement à côté du message fondamental qu’il essaie de transmettre. À moins que ça n’ai pas été considéré comme important lors de l’écriture du scénario… Ne parlons donc pas de Captain America 3 : Civil War, qui est encore pire à ce niveau, si édulcoré qu’il en devient insipide.

Dans ce film DC, le super-héros est remis en question dans son essence même. Nous naviguons dans différents axes de réflexion très intéressants :

  • Les humains sont-ils capables de supporter les héros ? De ne pas tuer leurs idoles ?
  • Un héros capable de faire ce qu’il faut pour le bien de tous en est-il encore un ?
  • Ces héros fabriquent-ils eux-mêmes des menaces à leur hauteur, au détriment de ceux qu’ils doivent protéger ?
  • Peut-on avoir un tel pouvoir sur les autres sans en abuser ?
  • Le pouvoir doit-il se voir imposer une limite ? Par qui ?

Si ces axes de réflexion ont été largement travaillé dans les comics, que ce soit par Alan Moore ou encore Mark Millar, ça n’a jamais été vraiment le cas encore au cinéma… A part via l’excellente adaptation de The Watchmen bien évidemment.

Au final cela insuffle quelque chose de vraiment différent, face aux films du Marvel Cinematic Universe, qui se contente aujourd’hui encore de quelque chose d’assez convenu, même via Captain America 3 : Civil War, qui est pourtant à sa base l’une des meilleures saga Marvel jamais sortie en Comic Book.

Zack Synder a fait quelque chose d’ambitieux avec Batman vs Superman, malheureusement massacré par la production. On pourrait même se demander si le comic book au cinéma peut réellement profiter de toute la puissance développée sur papier. Un adaptation est bien évidemment un exercice toujours difficile et rarement couronné de succès. Par ailleurs, les films tièdes issus d’excellents ouvrages sont légions. Le bruit court en ce moment qu’il ne faudrait pas comparer les films de super-héros et la version papier dont ils sont issus, que ce sont deux choses différentes. Mais alors, pourquoi faire ces films ?

Toutefois, la version longue de Batman vs Superman : Dawn of Justice version longue sauve les meubles et nous offre trois heures de véritable cinéma, riche en réflexion et en interprétations. Une réalisation soignée, selon moi un vrai travail cinématographique à tous les niveaux… qui ne mérite pas comparaison avec la version sortie en salles.

Si vous hésitez, de peur de perdre votre temps, je vous conseille de vous laisser tenter !

 

Mon avis définitif sur Star Wars épisode VII – Le Réveil de la Force

Les critiques et avis sur Le Réveil de la Force (The Force Awakens) sont légion sur Internet. On l’adore, on le déteste, on l’aurait détesté quoi qu’il arrive ou l’inverse… bref. On aime en dire du mal, mais souvent pour les mauvaises raisons (le fan service par exemple), tandis que d’autres se sentent comme obligés d’en dire du bien, ne supportant pas la critique négative entourant ce film.

Pourtant, ce dernier a été très bien reçu par les critiques ciné. Que ce soit les journaux, les radios ou tout autre média, chacun a sorti son trentenaire fan de la saga et l’a envoyé dans les salles obscures, desquelles il est ressorti super-content mais ne pouvant rien dévoiler.

Voici la mienne, qui ne bénéficie de rien d’autre que de mon regard personnel de fan de Star Wars !

Prenez un peu d’élan

Ce dernier volet en date de Star Wars réalisé par JJ Abrams peut me faire tenir des heures en simple monologue, des jours si j’ai quelqu’un en face qui n’est pas d’accord (et tant que l’échange est détendu, j’adore ça).

Je n’étais pas bien vieux lorsque La Menace Fantôme est sorti au cinéma, mais suffisamment vieux pour avoir une opinion précise sur la saga au sens large et les deux pieds dans l’univers étendu. Je me rappelle bien de l’engouement incroyable que l’arrivée imminente de ce film avait suscité chez moi. Des mois d’attente interminables, puis des semaines, puis des jours sans fin.

Avec Le Réveil de la Force, ce n’est pas arrivé. Sans doute parce que j’ai reçu la nouvelle via une notification Twitter type : « Diney rachète LucasFilms, 3 films Star Wars à venir ». Je n’ai pas vécu cela comme une mauvaise nouvelle en soit, mais ce fut un choc !

Ce choc me laissa attendre cet épisode VII avec un certain détachement pendant longtemps… jusqu’aux semaines qui ont précédé sa sortie, qui furent elles aussi interminables et qui me firent renoncer à une promesse : Ne pas m’y précipiter le jour de sa sortie.

Raté. Le soir même, j’étais au cinéma. La peur du spoiler fut trop forte !

Le sentiment général : Quelque chose s’est éveillé

Je ne pensais pas que j’aurai à faire un jour le deuil du travail de Georges Lucas… et pourtant si.

« Ouais, ça commence mal » me direz-vous. Beaucoup de ceux qui détestent Georges Lucas le font pour des raisons qui sont une fois sur deux dues à des rumeurs dont personne n’est foutu de citer la source. Et pourtant mon argumentation tient tout à fait la route : La rupture entre ses films et ceux made in Disney est particulièrement forte, qu’on ose l’admettre ou pas. Et ce n’est pas un X-Wing ou un sabre laser qui fera la différence ici.

Tout le traitement de Star Wars est très différent. 

Est-ce une mauvaise chose ? Il est trop tôt pour dire non car il faut tout de même digérer un élément majeur : La disparition de toute la dynamique « space opera » au profit d’une science-fiction beaucoup plus contemporaine et convenue. Ce souffle que certains prennent comme de la modernité ou un retour aux sources (ce n’est ni l’un ni l’autre) va transformer sa dynamique épique, de conte galactique, en quelque chose de beaucoup plus ancré dans le « possible », voire dans le « réel ».

Dès les premières secondes du générique, lorsque le texte commence à défiler vers le haut, on sent que les choses vont changer. La dimension même de ce texte est beaucoup plus concrète, voire terre-à-terre… voire sans enjeu.

A ce niveau c’est une véritable évolution, qui change toutes les règles de Star Wars, évolution que le scénario et la manifestation de la Force (qui désormais agit d’elle-même) viendront enfoncer comme un clou. On a beau nous vendre le sabre de Luke Skywalker comme une sorte d’Excalibur… rien n’y fait.

Je me suis senti curieusement écarté de cette dynamique. Ayant autour de moi dans la salle un public qui était à fond et trouvait tout cela formidable ! Je me suis dit : « Peut-être n’ai-je strictement rien pigé à cette saga depuis le début »… Imaginez un peu la teneur de la remise en question ! (rires)

Mais au final, j’ai passé un bon moment. Un bon moment comme j’en passe devant un film Marvel réussi (ce qui reste rare), c’est à dire en pardonnant pas mal de choses énervantes… Un bon moment, mais pas comme ceux que je peux passer devant un bon Star Wars des familles, que ce soit la Trilogie ou la Prélogie.  

Peut-être n’aurait-on pas dû nous vendre ce film comme « fidèle à l’œuvre de Lucas » ? Ce fut une erreur qui me fit l’effet d’une douche froide une fois dans la salle.

Les bonnes choses de Star Wars VII : Le Réveil de la Force

Il y a beaucoup de bonnes choses dans ce film, mais la plupart étaient de toute façon de l’ordre de l’évidence. Comme les effets spéciaux, qui se devaient d’être impeccables. Mais j’avoue que certaines choses ont fait mouche dans mon petit cœur de fan :
  • Ses acteurs : Biens dirigés, ces derniers sont excellents, particulièrement Finn et Rey,
  • Ses Stormtroopers : Plus classe tu meurs !
  • Ses promesses : D’un épisode VIII et IX tonitruants !

Bon, j’avoue que ça fait léger.

Les mauvaises choses :

Au-delà : 

  • Du recyclage d’éléments de l’UE malvenus, gratuits et qui n’auront fait plaisir à personne,
  • De la dynamique marketing qui dépasse tout ce qu’on a pu voir avec les précédents films, y compris La Menace Fantôme,
  • De la musique poussive, ce qui est une grande première pour la saga,
  • Du teasing à rallonge qui laissait penser n’importe quoi,
  • De cette fausse bienveillance générale à l’égard du film à sa sortie de la part des médias mainstreams,

Il y a deux choses qui sont terribles :

La première est bien évidemment la prise de risque… qui n’existe pas ici. Le scénario nous propose un nouvel Empire, un nouvel Empereur, une nouvelle rébellion, une nouvelle planète désertique, un nouveau droïd attachant, un nouveau gentil Jedi plein de potentiel, un nouveau roublard… Auxquels il arrivera les mêmes aventures qu’aux précédents. Bref, un véritable reboot de A New Hope, n’ayons pas peur des mots bon sang.

Mais (et c’est tout aussi grave) ce recyclage a également eu lieu dans la direction artistique !

Et comme je l’ai dit dans un précédent billet, ne me parlez pas de Fan Service !

La preuve en images :

Le Réveil de la Force, comparaison avec les autres films Star Wars
Je ne suis pas du genre à chercher la petite bête…
Le Réveil de la Force, comparaison avec les autres films Star Wars
… mais de qui se moque-t-on ?
Le Réveil de la Force, comparaison avec les autres films Star Wars
Parce que je veux bien faire un effort…
Le Réveil de la Force, comparaison avec les autres films Star Wars
…Mais il s’agirait de bosser un peu à un moment !

Les boules, non ? (rires)

L’idée du contre-pied relatif à Kylo Ren et d’une Force qui se manifesterait d’elle-même n’est pas l’élément qui m’a réellement gêné… même s’il jette aux orties les six premiers films sans même que quiconque ne s’en soit aperçu. Cela ouvre le champ des possibles et peut s’avérer très intéressant si tout cela est réfléchit et bien amené.

Ce qui est vraiment gênant c’est l’impossibilité pour l’équipe de The Force Awakens, armée de 200 millions de dollars (pardon, hein) et de la force de frappe technique et artistique combinée de Lucasfilm et Disney… de faire mieux que ça.

Star Wars VII est l’antithèse de l’Épisode I

Je le dis haut et fort : Le Réveil de la Force pèche par un excès inverse à La Menace Fantôme. 

De peur de s’attirer les mêmes foudres que Georges (un ami personnel) à la sortie de l’épisode I, Disney est passé d’un extrême à l’autre.

Le premier long-métrage de la trilogie avait déçu de par son manque d’action, sa dynamique politique encore inconnue dans la saga et sa part belle au développement d’un nouvel univers, au détriment des personnages dont on ignorait encore tout. Un univers foisonnant d’idées dans lequel au final on ne retrouvait rien de la première trilogie (au-delà de Tatooine). Pas même un vaisseau ressemblant à quelque chose qu’on connaissait !

Ajoutez à cela la dynamique plus enfantine grâce à Anakin et l’inénarrable Jarjar Binks et l’ajout d’effets spéciaux numériques dans une quantité (et qualité) encore jamais vu au cinéma et hop ! Foule en colère !

Mais l’épisode I avait de l’ambition, poser les fondamentaux d’une nouvelle dynamique beaucoup plus large que précédemment, inconnue des fans et du public lambda et ainsi pouvoir développer son intrigue et ses personnages dans les deux films suivants. Ce tout en restant un long métrage qui tient la route tout seul !

Avec Le Réveil de la Force, c’est l’exact inverse qui vient de se passer… et le résultat est peut-être pire encore ! Nous sommes face à un film qui repose sur les précédents… et qui a besoin des suivants pour exister réellement. C’est le pilote de la nouvelle saison d’une série télé… au ciné.

Ce film n’a rien « créé » s’ajoutant à l’univers de la licence Star Wars. Ce n’est pas un nouveau pan de l’univers qui s’ouvre en grand. Il n’y a pas un nouveau vaisseau digne de ce nom, ni une nouvelle planète digne de ce nom, ni un gouvernement ou une quelconque strate politique de quoi que soit. Simplement des personnages dans une espèce de boucle temporelle ou tout recommence. Un non-sens quand on pense à quel point le background est fondamental dans la saga.

Et au moment où j’écris cette phrase, je réalise à quel point elle est dure ! (rires)

Évidemment, on peut avancer l’idée que A New Hope n’avait qu’un background très flou. Mais c’était à l’époque une révolution de créer un tel univers sur grand-écran. De plus, ce film était le premier de la saga. Il ouvrait en grand des portes galactiques énormes. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il faut contextualiser la timeline dans laquelle se déroule cette nouvelle trilogie. Ne serait-ce que pour en respecter les codes, surtout quand on se vante de les respecter à la lettre !

Voilà pourquoi Le Réveil de la Force mérite selon moi la note de deux Ewoks et demi… Ce qui reste cher payé.

note film force awakens

Mais au final, tout ceci n’est pas bien grave

Oui, malgré ce long texte incendiaire, « no big deal ». Pour résumer le fond de ma pensée, on a frôlé le ratage avec Star Wars VII : Le Réveil de la Force et la pression est forte sur cet épisode VIII à venir. Une pâle copie de l’Empire Contre-Attaque causera un violent divorce avec beaucoup de fans de la première heure (pas tous cela dit) et pourrait même causer plus de dégâts que ça en rendant Star Wars « has-been » prématurément.

Fort heureusement, ça n’arrivera pas… tout de suite.

En effet, Georges himslef a également retravaillé les scénarios des épisodes II et III une fois les retours des fans reçus sur l’épisode I. Œuvrer sur une licence qui appartient autant à ses fans est une chose particulièrement difficile. D’autant plus dans un contexte d’investissement et de rentabilité comme cela a pu être avec ces 4 milliards de crédits impériaux dépensés par Disney. Que ceux qui ne sont pas d’accord regardent Prometheus, une fois ceci fait qu’ils reviennent me voir en me disant que l’enjeu financier ne peut pas saccager un film prometteur.

J’aime à penser qu’on a droit aux secondes chances et je ne ferai pas partie de ceux qui boycotteront le prochain film et/ou l’épisode VIII. Non pas que je sois une autre victime de la secte du robot doré d’ailleurs. Je suis même persuadé que si beaucoup de bouches se sont ouvertes à ce sujet, il n’y en aura pas tant que ça qui bouderont les salles de cinéma en 2017.

La comparaison avec l’épisode V sera inévitable, mais la réécriture complète du scénario suite aux retours de fans sur le Réveil de la Force devrait (conditionnel et croisement de doigts) changer la donne. Espérons qu’ils sauront extraire les bonnes choses qu’ils ont pu mettre en place dans Le Réveil de la Force et imaginer le reste avec créativité, courage et bon sens. C’est ainsi qu’on apporte quelque chose à la saga Star Wars… et au cinéma au sens large !

Sur ce je vous laisse. Georges est ému, nous partons boire une bière.

 

Page 1 of 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén